Eugène Labiche (Coffret 4 DVD)

Livraison gratuite

voir conditions

4,7/5 (7 avis)

de Georges Folgoas, Pierre Badel, Jean Pignol

« Ma vie a été trop heureuse pour que ma biographie soit intéressante » écrit Eugène Labiche (1815-1888), l’un des plus prolifiques auteurs français de comédies. Une vie de bonheur et de travail sans relâche : on lui doit près de deux cents pièces de théâtre... S’entourant de nombreux collaborateurs, son écriture précise, ses intrigues toujours renouvelées, lui assurent pendant un demi-siècle des succès sur les planches qui lui ouvriront les portes de l’Académie française en 1880. Fin observateur de la nature humaine, ses tableaux du second Empire, saisissants de finesse, de cruauté et de drôlerie, n’épargnent personne, avec la même acuité que les caricatures de son contemporain Honoré Daumier.

Les pièces

  • Doit-on le dire ?
  • La Poudre aux yeux
  • La Station Champbaudet
  • Le Voyage de monsieur Perrichon
  • La Fille bien gardée

« Ma vie a été trop heureuse pour que ma biographie soit intéressante » écrit Eugène Labiche (1815-1888), l’un des plus prolifiques auteurs français de comédies. Une vie de bonheur et de travail sans relâche : on lui doit près de deux cents pièces de théâtre... S’entourant de nombreux collaborateurs, son écriture précise, ses intrigues toujours renouvelées, lui assurent pendant un demi-siècle des succès sur les planches qui lui ouvriront les portes de l’Académie française en 1880. Fin observateur de la nature humaine, ses tableaux du second Empire, saisissants de finesse, de cruauté et de drôlerie, n’épargnent personne, avec la même acuité que les caricatures de son contemporain Honoré Daumier.

Doit-on le dire ?

Une pièce d’Eugène Labiche et Alfred Duru
Mise en scène de Jean-Laurent Cochet - Réalisation de Pierre Badel
Date de captation : 1978

Durée : 1 h 42

« Ma femme me trompait, tu me l’as dit… ta femme te trompera, je te le dirai ! » Acte I, scène 14

« Voilà la question en deux mots : Z a épousé X et X roucoule avec Y : doit-on le dire à Z ? » C’est en ces termes que Muserolle résume le dilemme moral auquel il est confronté. En effet, lorsque celui-ci avait été trompé par sa femme, il y a quelque temps de cela, son ami Gargaret n’avait pas hésité une seconde et, courageusement, lui avait révélé la vérité, brisant ainsi son couple au nom de la vertu. C’est pour cela qu’aujourd’hui, à l’heure où Gargaret se marie avec la jeune et ravissante Lucie, Muserolle rêverait de pouvoir s’acquitter rapidement du service rendu.

La Poudre aux yeux

Une pièce d’Eugène Labiche et Edouard Martin
Mise en scène de Jacques Charon - Réalisation d’Agnès Delarive
Date de captation : 1976
Durée : 1 h 06

« Chacun passe sa vie à jeter des petites pincées de poudre dans l’oeil de son voisin... » Acte I, scène 6

Ce n’est pas pour l’amour de la musique que Frédéric Ratinois fréquente assidument depuis plusieurs mois les Malingear et vient jouer des romances au piano avec leur fille. Emmeline, qui n’est pas insensible au charme de ce jeune homme, est une personne séduisante. Madame Malingear et son époux demandent donc à Frédéric quelles sont ses intentions. Ce dernier avoue ses sentiments et annonce la visite de ses parents qui vont venir pour officialiser l’affaire. Ceux-ci entendent s’assurer de la respectabilité des Malingear avant de donner leur accord. La mère d’Emmeline pense qu’il faut éblouir les futurs beaux-parents et persuade son époux de rentrer dans ce jeu. Combien de subterfuges et de mensonges les Malingear n’inventeront-ils pas pour jeter aux Ratinois de la poudre aux yeux ! Et vice-versa...

La Station Champbaudet

Une pièce d’Eugène Labiche et Marc-Michel
Mise en scène de Jean-Laurent Cochet - Réalisation de Georges Folgoas
Date de captation : 1972
Durée : 1 h 32

« Tiens ! voilà mon coeur ! donne-moi le tien ! ... et partons pour Asnières. » Acte III, scène 4

Paul Tacarel, architecte, se rend tous les jours chez madame Champbaudet, non pas tant pour lui proposer des modèles de sépultures à la mémoire de son époux récemment décédé que pour visiter Aglaé, qui réside à l’étage au-dessus. Hélas, la veuve s’imagine que c’est pour elle que cet homme séduisant vient quotidiennement – difficile de ne pas songer à Bélise des Femmes savantes. Et Labiche aurait pu se contenter de nous dire « à quoi rêvent les vieilles filles », si le mari d’Aglaé, Garambois, n’avait pas découvert les tromperies quotidiennes de sa femme, obligeant ainsi Tacarel à fuir in extremis. Rompant avec sa maîtresse, ce dernier décide avec sagesse de se ranger en cherchant à s’unir avec une jeune fille encore innocente, Caroline, dont l’unique « défaut » est d’avoir un père ami de Garambois…

Le Voyage de monsieur Perrichon

Une pièce d’Eugène Labiche et Edouard Martin
Mise en scène de Jean Le Poulain - Réalisation de Pierre Badel
Date de captation : 1982
Durée : 1 h 44

« Vous me devez tout, tout ! (Avec noblesse.) Je ne l’oublierai jamais ! » Acte II, scène 10

Monsieur Perrichon, sorte de Monsieur Jourdain de boulevard, a décidé de prendre des vacances en Suisse avec sa femme et sa fille, la séduisante Henriette. Armand et Daniel, ses deux prétendants, ont compris toutefois que pour obtenir sa main, il valait mieux entreprendre de conquérir le coeur de ce père vaniteux plutôt que celui de la jeune femme. Rivaux complices, ils s’affrontent dans une lutte comique. Et si Armand a la chance, lors d’une excursion, de sauver Perrichon d’une chute mortelle, Daniel fait mieux en parvenant à se faire sauver par le bourgeois qui en tire une fierté démesurée.

La Fille bien gardée

Une pièce d’Eugène Labiche et Marc-Michel
Mise en scène de Jean-Laurent Cochet - Réalisation de Jean Pignol
Date de captation : 1972
Durée : 36 min

« Quand je pense que l’héritière des Flasquemont est en ce moment peut-être dans une caserne de cavalerie. » Scène 16

Feu le baron de Flasquemont a laissé son épouse avec une fille de sept ans, Berthe – une petite peste que la Baronne idolâtre. Un soir où la Baronne s’absente pour se rendre à une soirée, elle confie la garde de sa fille à ses domestiques, Marie et Saint-Germain, en qui elle a toute confiance. L’enfant dort profondément. Mais dès que la Baronne est partie, les employés projettent d’aller guincher au bal Mabille, juste sous les fenêtres de l’appartement de leur patronne. Hélas, Berthe se réveille. Fillette autoritaire et capricieuse, elle joue les trouble-fête.

par

Très bonne version des pièces.

par

du bon théatre tres bien joué

par

ras

par

voir ci-dessus

par

Excellent !

par

oui!

par

Très bonne qualité! Je le recommande.

Réalisation Georges Folgoas, Pierre Badel, Jean Pignol, Agnès Delarive
Audio / Vidéo
  • Format 4/3
  • PAL
  • Son mono
  • Dolby digital
  • Zone 2
  • 4 DVD 9
couleurs
Nombre de disques 4
Durée 6 h 40 min
Année de production 1972-1982
Date de sortie du Coffret 4 DVD 18 octobre 2011
Référence 3346030023648
Éditeur

Éditions Montparnasse

Éditeur : Éditions Montparnasse

Également disponible dans la collection La Comédie-Française

Les clients qui ont acheté ce produit ont également acheté