lettre au Grand calife (3)

Grand calife, vous avez donc parlé à tous vos sujets. Je dois dire que vous ne m’avez pas convaincu. Vous n’étiez pas avec eux.  Vous ne vous adressiez pas à ceux qui occupent les ronds-points  Vous n’avez pas encore osé y aller, et c’est bien dommage. Puis-je vous suggérer une fois de plus de quitter nuitamment le Palais, d’oublier vos conseillers, le grand Vizir, et de « pousser » par vos propres moyens jusqu’à un de ces campements quelque part à une centaine de kilomètres de Paris. Je dis à cent kilomètres, parce que c’est la distance qu’il faut mettre entre Paris et un rond-point pour y rencontrer un autre Pays. Celui qui s’anime autour de grands feux, de barbecues, de cabanons de fortune.

Grand calife, les hommes et les femmes qui sont là dépassent tout ce que vous pouvez imaginer. A ces ronds-points, ils vivent! Ils retrouvent cette vie perdue que vous avez pu sentir à Prémery. Chaque rond-point est devenu ce que le village n’a plus : une communauté retrouvée. Vous n’avez pas parlé à ces milliers de communautés. Vous avez peur d’eux puisque vous ne les connaissez pas. Regardez la solennité de votre bureau, de l’or partout, l’or, l’argent, symboles si déplacés à cet instant. Et eux, sans or et sans argent, avec un bonheur retrouvé. Vous n’aviez pas la langue, vous étiez le géomètre des chiffres, des aides, des promesses, au lieu d’être le saltimbanque de la vie. Vous étiez le porte-parole des géomètres!

Peut-être quitteront-ils ces ronds-points, mais c’est sûr qu’ils reviendront. Dès qu’ils pourront, dès qu’il faudra, parce que vous n’aurez pas changé, pas compris, parce que vos géomètres rappelleront la raison, le rationnel, les chiffres impitoyables.  Et qu’ils veulent autre chose.

 

Publié dans Non classé | Commentaires fermés sur lettre au Grand calife (3)

lettre au Grand calife (2)

Cher Grand calife, voici quelques jours que vous êtes revenu de votre expédition à Prémery. Aucun écho de celle-ci dans la Ville. Il ne faut pas que cela se sache. Je sais que vous rongez votre frein. Vos conseiller, surtout le chef du Palais, habillé de gris, gris lui-même, vous mène la vie dure. Il vous abreuve de paroles, de dossiers, de conseils comme toujours. Son langage, qui était le vôtre jusqu’à Prémery, vous gêne jusqu’à l’écœurement. mais de quoi parle-t-il ? Oui, vous ne vous comprenez plus, mais il ne le sait pas. Vous vous sentez encerclé, par vos conseillers, peut-être plus que par les français des ronds-point. Un nouveau terme a surgi: les oubliés. 

C’est un de ceux-la qui se le donnait ce matin, en face du Palais. Vos conseillers vous avaient conseillé de ne pas le recevoir. Sur l’écran, l’homme vous avez paru raisonnable, clair, enfin clair. Il parlait de leurs vies, les oubliés, les mots lui allaient droit au cœur.  Nous sommes pacifiques, nous voulons plus de justice, de dignité. Grand calife, vous deveniez tout petit, vous vouliez devenir tout petit, réfugié dans les bras de votre mère, au chaud, bien au chaud. Vous sentiez la peur vous gagner, vous qui aviez tout réussi jusqu’alors. Les pacifiques étaient débordés par la colère des autres. Leurs violences entouraient le Palais.

S’échapper, sortir, rencontrer ces hommes et ces femmes! Silhouette furtive, vous sortiez par la porte dérobée. Déguisé, personne ne pouvait vous reconnaître. Vous longiez les boutiques de luxe, les vitrines pleines d’or et d’étoffes, les cuirs sans prix de la plus belle et la plus chère. La Belle Marque réservée aux plus riches, aux gens de goût encore. Vous même l’aimiez beaucoup. Vous marchiez maintenant avec étonnement parmi les odeurs de la richesse. Vous connaissiez ces parfums, ces silhouettes qui descendent sans rien regarder autour d’elles pour s’engouffrer dans les magasins,  saluées très respectueusement par les vigiles. La richesse, le luxe, la morgue, une forme d’obséquiosité, tout va ensemble, trop ensemble. Absence de regard sur l’autre. Du grand vers le petit, du petit vers le grand. Pour la première fois, vous sentiez cela.

Vous continuiez, sortez de ce quartier du Palais, abordiez des lieux plus mélangés, mélange de vies ; des gens vous heurtent sans s’excuser, vous êtes anonyme; là tout le monde est anonyme. Des rues de bureaux, de commerces; devant vous une femme entre vivement dans un magasin d’une chaîne d’alimentation. Faire ses courses, il y a si longtemps que cela ne vous est pas arrivé ! vous n’avez rien à acheter, dommage ! Cela vous manque. Devant vous la femme-cliente, aperçue tout à l’heure, s’adresse à la caissière : c’est nouveau, les 4 caisses automatiques! la caissière la regarde. vous entendez sa réponse, un son sourd : elles me font peur,  elle répète encore : j’ai peur. La cliente, veut la rassurer : je continuerai à venir à votre caisse, à parler avec vous. Il n’y a plus d’anonymat, que de l’amitié. Vous aimez cela.

Vous avez tout compris, grand calife: les caisses automatiques sont en train de remplacer les caissières, partout les robots remplacent les humains.

Mais avant les hyper et supermarchés, et les caissières qui vont avec, celle qui est là devant vous, il y avait les petits commerces de centre-ville. Grand calife, décidément rien n’est simple! Je n’aimerais pas être à vôtre place.

 

Publié dans Non classé | Commentaires fermés sur lettre au Grand calife (2)

lettre au grand calife (1)

Grand Calife, je vous imagine bien seul dans votre Palais, bien seul, bien qu’entouré de vos conseillers, ministres, gardes, chefs de la police et des renseignements. A chaque instant, ils vous rapportent ce qui se passe au dehors, dans tout le pays. Les barrages aux carrefours, les cris, les colères, les blessées, les morts. A vos questions, ils répondent encore par des bons conseils qui, exécutés, n’apaisent pas la colère du Pays.

Puis-je vous conseiller ( moi aussi) de vous souvenir de l’histoire d’un de vos illustres prédécesseurs, le calife Haroun Alraschid, vous savez puisque vous êtes cultivé son histoire racontée dans les Mille et une nuits : il sortait déguisé la nuit par une porte dérobée de son palais de Bagdad. Cela lui permettait de savoir comment le peuple de la ville vivait, ce qu’on pensait de lui encore.

Grand calife, pourquoi ne pas faire comme Haroun Alraschid? Déguisez-vous et allez à la découverte du Pays. Une idée, allez à Prémery,  une petite localité du centre de la France, dans le département de la Nièvre, à deux cent trente kilomètres de Paris. Prémery, à peine deux mille habitants. Remontez la rue principale, entrez dans le premier café venu, regardez les cartes postales au-dessus du comptoir. Elles ont à peine 40 ans, c’est jour de marché, la rue est peuplée de monde, les commerces partout, portes ouvertes, se remplissent de clients, on achète, on vend, on rit, on boit. Le champ de foire, immense, résonne des meuglements des animaux blancs. Prémery, chef-lieu de canton, rassemble ce jour-là toute la vie des environs, la richesse des prés et des champs, des grandes fermes d’élevage de ces charolais renommés pour leur viande où jusqu’à 10 personnes vivent, travaillent, se retrouvent. « La terre ne ment pas » dit cet étrange proverbe, un peu menteur. La terre est dure. Travailler la terre est dur. Pas d’heures, on le sait, subir le rythme de la nature, les besoins des animaux. Ce temps-là n’était pas facile.

Le Progrès a promis aux habitants de Prémery que les temps ne seraient plus durs, que tout serait plus facile: Il suffisait d’y croire. Plus d’abondance encore avec moins d’efforts. Grand Calife, vous regardez autour de vous, le café, silencieux, ou deux hommes âgés, solitaires, finissent indéfiniment leur verre; dehors la rue principale presque vide, les vitrines vides des commerces fermés, si vivants sur les photos ; aujourd’hui avec partout un panneau sale « A vendre ». A Prémery, l’autre richesse du pays, le bois, débardé de ces collines boisées au-dessus des pâtures, alimentait une usine de produits chimiques, et donnait du travail à plusieurs milliers d’hommes et de femmes.  Une industrie polluante, qui ne pollue plus. La concurrence étrangère, la main d’oeuvre d’ici trop chère, le désastre écologique l’ont réduite à rien. La sirène d’embauche et de débauche des 3 huit n’appelle plus, à l’instar des cloches de l’église, à donner un sens à la vie.

Grand Calife, vous y êtes enfin. Vous pensez tout bas:  » c’est mort, complètement dévasté, on dirait qu’une guerre est passée par là » . Oui, une guerre est passée par là, sans bombes, sans violences apparentes ; une guerre contre les hommes. Grand Calife, vos conseillers, vos ministres ont la solution. A chaque fois que le Progrès améliore le travail, celui-ci disparaît. A chaque fois que ce travail disparaît, le Progrès donne une assistance, oh, pas grand chose, mais de quoi vivre chichement ; ne pas tout à fait mourir de faim et de soif. L’alcool d’ailleurs est important ici, il aide à survivre.  Votre principal conseiller vous a proposé hier de donner un peu plus pour éteindre l’incendie, ces émeutes des abandonnés – ils s’appellent eux-mêmes comme cela ces porteurs de gilets jaunes- Une idée tout à coup vous vient : mais c’est de travail, de dignité dont ils ont besoin, ces hommes et ces femmes au dos courbés de fatigue, de la fatigue du non-travail, de ne rien faire ou presque…

Vous prenez votre portable, vous appelez votre ministre principal qui s’affole : Grand Calife, tout le monde vous cherche, ou êtes-vous? Cher ministre, vous ne connaissez pas, vous n’avez pas idée de ce que je découvre. Il faut tout de suite aider Prémery. Vous décrivez le village désespéré, les gens, la non vie. Et là vous entendez la réponse offusquée : vous perdez votre temps, Grand Calife. Ces gens là ne rapportent rien. Ils ne sont plus le Progrès. 

 

Publié dans Non classé | Commentaires fermés sur lettre au grand calife (1)

Les larmes de Johnny

Cette semaine, l’événement est chez Carnets nord avec la sortie du livre « Les larmes de Johnny » de Mathieu Alterman et Patrick Alban. Les deux auteurs qui ont connu le chanteur, l’un, Patrick Alban, depuis plus de 40 ans, l’autre, Mathieu Alterman, l’a suivi ces dix dernières années, et commente sur les chaînes de télévision et les radios l’actualité sombre de la succession Hallyday.

Raconter la vie de Johnny Hallyday, c’est remonter à son enfance, à son désir de vivre, à son insatisfaction profonde, c’est aborder la complexité du chanteur mort il n’y a pas tout à fait un an. Il y a beaucoup d’amitiés dans ce récit. De la tendresse et aussi un point de vue qui ne laisse pas passer les faiblesses de l’homme. Trop amoureux, incapable d’aimer vraiment ? Johnny Hallyday, le séducteur, comme pour conjurer le sort de ne pas l’avoir été par ses parents. La thèse est simple, la vie de Johnny ne l’est pas.

En décembre dernier, j’avais écrit un blog le lendemain des obsèques de La Madeleine.

Surpris comme beaucoup par l’ampleur de l’hommage et par la peine de la foule qui se pressait sur les Champs-Elysées et rue Royale…mais plus encore par ce qui semblait alors dépasser l’hommage et la peine : au Jour des larmes de Johnny s’ajoute maintenant celles d’une vie.

Un silence étonnant

Cela s’est passé ce samedi 9 décembre alors qu’un corbillard abordait l’entrée de la rue Royale, il devait être près de 13 heures.  Je changeais de chaîne parce que sur celle sur laquelle je regardais la cérémonie, les journalistes  ne cessaient de dire  « quel silence, c’est incroyable », et évidement on ne pouvait l’entendre, ce silence.  Oui, près d’un million de personnes ne chantaient plus, ne dansaient plus. Un respect « religieux » s’était emparé de la foule, un respect qui durera tout au long des heures qui suivront. Lenteur des gestes, des rituels. Même les 4 guitaristes à l’intérieur de l’église de La Madeleine auront une forme ritualisée des morceaux qu’ils déclineront au fur et à mesure que Carole Bouquet, au moment de la Prière universelle, terminera chaque prière par Prions et qu’ils s’empareront de la résonance qui fera envoler la prière.

Je n’étais pas un fan de Johnny Hallyday. Je préférais le blues, Jacques Brel et bien d’autres, et ce matin j’étais saisi par la ferveur de l’air, par le silence entre les mots, par le silence dans les mots. En accueillant le corps, le Père Benoit de Sinety faisait émerger une nouvelle voix au chanteur, celle de l’esprit, en accueillant l’ami, les écrivains Phillipe Labro et Daniel Rondeau imposaient une nouvelle image, celle de l’esprit. Tous ceux qui suivront feront entendre une autre voix : la France des profondeurs surgissait à chaque instant, s’imposait aux célébrités qui n’en étaient plus, tous anonymes devant le mort qui ne l’était plus. Ceux de dehors étaient avec ceux de dedans, l’immense photo de Johnny surplombait le ciel, une seule croix au cou venait rejoindre celle de Laetitia Hallyday, c’était la même, la sienne, la leur.

Un autre mot, une autre image résonnaient en moi, celui d’une beauté improbable, une beauté d’un moment ou nous étions tous touchés par la grâce, la grâce de la vie de l’homme fils de personne,  plus jamais seul, parce qu’il croyait dans la vie, même aux pires instants de cette vie, parce qu’il parlait de la vie au-delà de la mort. Cette beauté que trop souvent nous refusons, qui trop souvent nous est refusée, et qui ce matin était là, simplement là. Merci Johnny, pour cela.

 

Publié dans Non classé | Commentaires fermés sur Les larmes de Johnny

Un avant, un après le 23 mars 2018

L e visage d’Arnaud Beltrame restait inscrit sur une partie de l’écran. Les tambours roulaient, les drapeaux s’inclinaient, la pluie s’arrêtait de pleurer toutes les larmes du ciel. L’atmosphère n’était pas sombre. Le regard du gendarme y était pour quelque chose. La gravité de l’atmosphère était éclairée par ce regard, direct, allant vers quelque chose que lui seul voyait.

Ainsi pouvait-on interpréter cette cérémonie des Invalides. Celle d’une annonce que le discours d’un président renforçait. J’étais aussi frappé par la solitude et la rencontre. Solitude de l’homme traversant la cour, cette frêle silhouette avançant sur les pavés luisants, ce regard si déterminé, avançant vers ce cercueil, du symbole immense qu’était devenu l’homme sous le drapeau tricolore. Le mort revivait par son acte. Marchant vers lui, le petit homme, tête nue, manteau couvert d’humidité, semblait aspiré. Aspiré par ce qu’il voyait de sa mission, peut-être celle que lui confiait, à cet instant, l’homme à la rencontre de qui il allait.

Les rituels de la république devenaient ceux de la France, de la Nation, de la Patrie. La Patrie en danger, Aux armes citoyens, Jeanne d’Arc, De Gaulle, l’Histoire était invoquée pour affronter le danger.

C’était donc la mort d’un homme, l’autre homme seul, qui faisait lever l’espérance. L’espoir changeait de camp. La fuite, se cacher devant le danger, n’était plus la solution. Affronter le danger, affronter la mort créaient la vie. Arnaud Beltrame léguait cet héritage à tous les français.

Je venais de lire Le Cœur bon, de Michel Bernard, émouvant portrait de Jeanne d’Arc. Je pensais à ce qui avait porté cette femme, à ce que à son tour Arnaud Beltrame portait pour nous. Je pensais qu’il y avait bien un avant et un après le 23 mars 218. 

Publié dans Non classé | Commentaires fermés sur Un avant, un après le 23 mars 2018

Le sens de la fête

Le film d’Eric Toledano et Olivier Nakache est un des favoris des Césars de ce soir. Jean-Pierre Bacri  interprète avec talent un  traiteur, Max, organisateur de mariage, survolté et surmené.  » On s’adapte » est sa phrase favorite face aux mille et un problèmes rencontrés. La fête quoiqu’il arrive doit être réussie. Ici forcément, cinéma oblige, la fête ne cesse de frôler le drame, sans y tomber. Le principe même de la comédie réussie; elle aussi comme la fête.

A quelques pas des Editions Montparnasse, Reza est un autre « Max ». Lui aussi survolté, surmené. Je ne l’entends pas dire « on s’adapte », mais je le vois le faire à chaque fois que j’y vais. Son restaurant s’ouvre au client comme s’il était attendu depuis toujours, comme si tout problème – pas de table libre par exemple- avait une solution. Il y aura une place pour vous. Reza n’est pas méditerranéen, il est iranien, il a fuit l’Iran de Khomeiny, jeune homme, il y a plus de trente ans, il s’est « adapté », il aime ses clients, il aime la fête, met de la musique  – pas NRJ en boucle- Johnny en ce moment est un de ces tubes.

Il organise le soir des concerts, avec des groupes de clients abonnés du quartier, des musiciens qu’il repère et qui deviennent à leur tour ses amis. Les yeux de Reza brillent lorsqu’il me parle de la soirée d’hier ou de celle de demain. Le Sens de la fête est un mode de pensée et de vie. Un talent aussi. Je ne connais pas les soirées de Reza, je suis un client du déjeuner, qui quitte le quartier en fin de journée, avec le regret parfois de ne pas être de ces fêtes ou l’amitié de Reza règne, c’est sûr!

Il y a quelques jours, Reza accueillait un studio de radio improvisé. En direct à la radio, autour de ce studio 7 femmes, dont quatre comédiennes qui interprétaient des morceaux d’une pièce qu’elles jouent au théâtre en ce moment. Les 3 autres étaient les animatrices d’une association de lutte contre les violences faites aux femmes.  C’était très sérieux, et je vous assure, les 4 hommes présent se faisaient très petits. Moi, le premier, les arguments, le ton n’étaient pas à la franche rigolade. Je ne vais pas les redire ici, nous les connaissons tous aujourd’hui, le nombre effarant de femmes battues, violées… l’attention était forte. Reza voyait que là les hommes n’étaient pas à la fête, les femmes non plus d’ailleurs. Comment sortir du drame et en garder l’essentiel, c’est le débat proposé en fin de parcours pas mes animatrices qui l’a permis. Le public des clients fut invité à participer, les hommes timidement remercièrent les femmes, exprimèrent leur colère contre eux-mêmes, saluèrent les voix qui s’indignaient, des solutions furent évoquées.

Ce qui me frappa alors, ce fut, tout à coup, l’amitié des femmes pour les hommes présents, leur justesse de ton, et même le souhait qu’il n’y ait pas de « guerre » des sexes.  Elles étaient jeunes, disaient des mots de réconciliation, nous n’étions plus simplement des « agresseurs », mais aussi des êtres humains, comme elles. La conclusion, ce jour là, vient d’une des jeunes femmes du public : il ne faut pas confondre homme et agresseur, j’aime les hommes, tous les hommes ne sont pas des agresseurs,  dit-elle en souriant! Reza y était sûrement pour quelque chose.

 

Publié dans Non classé | Commentaires fermés sur Le sens de la fête

coup de coeur

c’est à la mode de donner son avis. Je le fais toutes les semaines dans ce blog ou je parle de l’air du temps, de mes rencontres, de mes découvertes, de mes sentiments. C’est à la mode encore de dire-donner- ses coups de cœur sur ses lectures, ses films. A la mode, aujourd’hui donc mon coup de coeur vient de mes visionnages du coffret des Césars. Je suis un des 4 200 professionnels du cinéma, membres de l’Académie des Arts du cinéma qui chaque année attribue à travers deux votes ces fameux Césars, consécrations de l’année cinématographique. Je ne vous dirai pas pour qui j’ai voté à la première sélection, mais simplement quelques emballements, et d’abord un coup de cœur.

Dora Tillier, une quasi-inconnue, qui forme un duo épatant avec Nicolas Bedos dans Monsieur et Madame Adelman, une comédie grinçante et réjouissante, pleine de surprises, des surprises, des rebondissements, des sentiments, et ce personnage central si fin, si fine cette femme, si maline, si puissante, une sorte d’exemple à donner aux femmes et aux hommes, et oui à nous aussi. Chut, je ne veux pas dévoiler l’histoire, je ne veux rien dévoiler, mais le plaisir et l’intelligence sont là à chaque scène, à chaque dialogue. Bravo à Nicolas Bedos, scénariste, acteur, metteur en scène mais surtout à l’incomparable Dora Tillier. Figurez-vous qu’elle sort dans la première sélection, catégorie meilleure actrice, au milieu des meilleures, toutes déjà célèbres, sauf elle.

Elle a de rudes concurrentes, Isabelle Huppert, toujours parfaite dans Happy end, Jeanne Balibar, merveilleuse dans Barbara, entre autres… mes souvenirs : Nos années folles d’André Téchiné, les Fantômes d’Ismaël, d’Arnaud Desplechin, avec Mathieu Almaric, Maryline de Guillaume Gallienne avec Adeline d’Hermy, Le Redoutable, de Michel Hazavanicius, avec Louis Garrel, Rock’n Roll de Guillaume Canet avec lui-même et Marion Cotillard, enfin le troublant Visages Villages, sorte de testament ultime ( peut-être) d’Agnès Varda que lui sert avec affection JR.

Il y en a encore d’autres, au fond en laissant les médiocres comédies dont on se demande comment elles ont trouvé producteur et financement, en laissant les films répétant toujours les mêmes thèmes sombres et politiques tout en nous ennuyant, il y a du bon dans cette livraison de l’année 2017, de toutes sortes, du rire, de l’émotion, du frisson, des grands numéros d’acteurs, des souvenirs encore et encore…

Ah si encore, un très étrange film documentaire, Le vénérable W., de Barbet Schroeder. L’histoire d’un maitre bouddhiste raciste et nationaliste. Il veut protéger sa race birmane et sa religion et délivre un discours antimusulman qui enflamme le pays.  Il est minoritaire, désavoué par ses pairs, mais ses thèses gagnent du terrain. Double face d’une religion qui prône l’amour, comme d’autres religions que nous connaissons bien, double face des hommes, chez nous un prédicateur musulman célèbre tombe dans le panneau de cette double face. Tous les jours nous entendons des affirmations contraires, et nous tombons dans le panneau. L’homme contient le bien et le mal, l’inconscience et la conscience en lui-même. Restons optimiste. Respirons, j’inspire, j’expire….

Publié dans Non classé | Commentaires fermés sur coup de coeur

La fin d’un monde, celui qu’annonce Carrefour

Le 15 juin 1963, Carrefour ouvrait son premier hypermarché à Sainte Geneviève des bois dans la région parisienne. Ainsi commençait une aventure qui allait profondément changer la France. Le succès, très vite au rendez-vous, entrainera des conséquences gigantesques sur la géographie française. Il a beaucoup été dit sur cette histoire, j’en retiendrai l’affrontement entre les tenants des prix bas, toujours plus bas en faveur du consommateur et ceux qui dénoncent la destruction de l’industrie française, du commerce local, et en définitive des emplois.

Pour ceux-là,  la consommation à quel prix?  Pour nourrir cette consommation concurrentielle, les hypermarchés se détournent de la production française, vont chercher ailleurs, créent l’Usine chinoise, et celles des pays à très bas coût de main d’œuvre. Des pays qui n’offrent pas les salaires et les avantages sociaux  de la France. Les bas prix ont un prix que personne alors ne prend en compte. Pourtant très vite les effets se font sentir, fermeture d’abord des usines textiles du Nord, tout le tissu industriel français suivra.

Etrangement, les mêmes qui perdent leurs emplois se précipitent faire leurs courses à l’hypermarché, y achètent les produits importés, se frottent les mains de pouvoir remplir toujours plus leur chariot grâce à ses produits dont les prix ne cessent de descendre. Ils semblent ne pas faire le rapport entre l’un et l’autre. Les hypermarchés auront deux défenses, répondre avec ces immenses surfaces à la demande du consommateur, développer l’économie en accélérant les ventes. Est-ce vraiment un avantage? A quoi cela sert d’augmenter la consommation si cela ne profite pas à l’emploi?

Un monde disparaît, celui-là qui a vidé les usines, les centre villes sans aucun remords, avec un cynisme et une efficacité remarquables. Il disparaît devant encore plus destructeur, celui du magasin en ligne, sans salariés ou presque, et nous lui achetons sans savoir ce que nous faisons. Quand le consommateur deviendra-t-il un citoyen conscient de ce qu’il fait, de ce que son geste entraine ?

 

Publié dans Non classé | Commentaires fermés sur La fin d’un monde, celui qu’annonce Carrefour

Une bonne année

Nous nous souhaitons traditionnellement ces vœux : santé, amour, argent. Santé, parce que lorsqu’on a la santé, on peut profiter de la vie. Amour, parce que nous avons besoin de ce sentiment pour ressentir la vie comme pleine. Argent, parce que celui-ci nous permet d‘avoir ce que nous voulons dans la vie. Alors ces vœux que nous échangeons sont aussi nourris d’espoir.  Et de croyances, l’argent ne fait pas le bonheur, mais y contribue, l’amour ne dure pas, mais qui n’y aspire pas au moins un temps – mais qu’est-ce que c’est l’amour?- quand à la santé, une évidence : être malade, souffrir, avoir des fonctions réduites, n’est souhaité par personne. Et surtout pas pour soi. Voilà donc les trois clefs du bonheur!

Je n’irai pas les remettre en cause, parce que probablement j’y aspire moi aussi, plus ou moins: avoir tout ou partie de ces trois clefs m’apporteraient joie et sérénité. Un corps fonctionnant comme une belle mécanique huilée, un cerveau puissance maximum, enfin un pécule me permettant de voir venir et plus, un cœur plein de chaleur et d’échanges avec l’autre. Les trois vœux de la lampe d’Aladin. Tiens Aladin, tiens le paradis terrestre, tiens la pomme, le fruit défendu, cela me rappelle que je ne me contente jamais de ce que j’ai, que je veux toujours plus, que le désir et l’envie sont les deux mamelles de l’amour et de l’argent. Reste la santé. Ne servirait-elle qu’à porter ce corps jusqu’à sa fin inéluctable?

La bonne nouvelle, c’est un américain qui a fait fortune dans les logiciels, qui nous l’apporte. Il crée un dieu enfin sûr et certain, celui de l’Intelligence artificielle. Un dieu sans envie et sans désir, un dieu parfait, un dieu au-dessus des hommes – créé par eux quand même!- un dieu qui aurait l’éternité avec lui et qui la donnerait aux hommes. L’aspiration définitive, parce que pour profiter des trois vœux précédents ce serait bien aussi de ne pas mourir. Gageons que cet américain y croit, et qu’en plus cela va lui faire gagner de l’argent. Bonne année!

ps attention, Dieu ou dieu échappe toujours à l’homme…

Publié dans Non classé | Commentaires fermés sur Une bonne année

La trêve des confiseurs

Une première chose dont nous sommes sûrs en cette période, c’est de la présence des confiseurs à chaque coin de rue, et sur Internet évidemment qui envahit nos vies sous toutes ses formes: ici même, dans ce blog, sur le site des Editions Montparnasse qui vous informe et qui répond à vos commandes nombreuses ces jours-ci.

La trêve bienvenue est plus difficile à cerner. Le monde est en guerre, les journaux nous le rappellent. Etrange Une du Journal du Dimanche Ces djihadistes qui seront bientôt libres, et d’enfoncer le clou : 70 à 80 condamnés pour terrorisme seront libérés dans les deux ans. Avait-on besoin de cette information le dimanche de Noël? A quoi sert-elle ? N’y avait-il pas un autre message à envoyer ce jour-là? On ne pouvait pas démontrer de manière plus éclatante le coté anxiogène des médias, et aussi le manque de nuances du média. Combien y a-t-il dehors de terroristes que nous ignorons? bien plus, alors au fond nous pouvions nous passer de cette Une?

J’aurais pu en imaginer une autre : avènement il y a un peu plus de deux mille ans d’un enfant messager, un enfant nommé Jésus qui veut parler d’amour et de bonheur. Etrange, croyance ou mythe, c’est une des plus fortes histoires de l’humanité et le JDD passe à coté. Même Le Monde qui n’est pas particulièrement enamouré de cette épopée y consacre une page, avec il faut le dire non pas Jésus en héros mais Noel, une croyance décrite par Claude Lévi-Strauss en 1951 ici et ailleurs. Lévi-Strauss salue le mythe comme fondateur des civilisations. Aujourd’hui nous aimons mieux ceux des autres que les nôtres. Nous aimons mieux, comme ce chercheur du CNRS dans le même journal,  Bouddha, Allah que Dieu. Mais Noel, c’est un enfant, un message porté par un enfant dans une crèche, pas autre chose et si nous ne le savons pas, autant rester chez soi, arrêter les cadeaux, les dindes et autres débauches de consommation. D’ailleurs Jésus aurait-il aimé tout cela?

Publié dans Non classé | Commentaires fermés sur La trêve des confiseurs